Perspectives | Un ensemble animal

Mise en scène de Judith Zagury et du collectif ShanjuLab (création en 2021 à Gimel)

« Le plaisir qui vient des animaux
de leur existence
– du fait qu’ils existent –
vient d’abord de ce qu’ils ne sont pas comme nous
de ce qu’ils sont différents :
ce n’est pas seulement que nous partagions
le monde avec eux
avec d’autres êtres donc, qui le regardent
et le traversent
qui y vivent et y meurent
c’est qu’ils vivent, auprès de nous ou loin de nous
chats ou chauves-souris
chiens ou tigres
ou singes
dans d’autres mondes »

Jean-Christophe Bailly, Le visible est le caché

Hors de la ville, hors des théâtres, c’est à Gimel que les spectateurs et spectatrices sont invités à une expérience théâtrale d’un autre genre. Ils se retrouvent au sein de l’espace ShanjuLab, dans ce territoire partagé où humains et animaux tentent de cohabiter quotidiennement, dans ce lieu de vie et de travail qui est aussi un lieu de scène et qui donne du sens à leur relation.

Perspectives | Un ensemble animal est issu du laboratoire de recherche théâtrale sur la présence animale créé par ShanjuLab il y a plusieurs années. Ce laboratoire explore les rapports humain-animal et l’altérité de leurs mondes.

ShanjuLab investit l’espace scénique aménagé au centre dans un grand manège. Humains et animaux cherchent ensemble à coexister devant un public, à faire percevoir leurs présences. Chacun dans leur rythme, ils se font voir en tant qu’êtres à part entière. Dans un échange de mouvements et de regards, se créent des zoochorégraphies de l’instant. Il ne s’agit pas de narrations, mais d’une recherche esthétique autant que d’une quête de sens. La possibilité d’un langage abstrait mais commun où animaux et humains se réinventent dans un dialogue constant.

Après le spectacle, les spectateurs qui le souhaitent sont invités à déambuler autour des espaces de vie des animaux, et ainsi s’imprégner de l’enchevêtrement de territoires. Cette traversée est une découverte, une façon d’entrer en contact, de ressentir la cohabitation interespèces. Les animaux ne sont pas en exposition, le spectateur est immergé dans une proximité troublante avec eux. Et avec le lieu : ses bruits, ses odeurs, la forêt alentour qui se dresse comme un espace possible de vie sauvage et d’imaginaire.

Dossier de production